mamissionaumozamb

Bienvenue sur mon blog

 

Mois spiritain 18 octobre, 2011

Classé dans : Non classé — makimba @ 8:44

MOIS SPIRITAIN DU 1-31 AOÛT 2010 

En cette année 2010 nous avions commencé notre mois spiritain sous la direction du père Crispin Mbumba, qui a accepté volontiers de nous mener sur le chemin de la révision de notre vie vocationnelle et le partage avec d’autres personnes qui, d’après leurs expériences de la vie nous feront part dans un dialogue amical. Avant d’entrer en jeu, le vendredi 30 Juillet, le père recteur du scolasticat nous a réuni ensemble avec père Crispin pour nous donner la planification du mois. Dans son parler il a rappelé que le mois spiritain prépare à la consécration définitive dans la vie spiritaine. Il n’est pas un temps de retraite mais un temps de prière personnelle et communautaire ainsi que le temps de méditation. La présence du mois spiritain dans la communauté du scolasticat se justifie par le bon vouloir de maintenir la concession propre et l’occupation de  différentes charges pour le bon fonctionnement de la maison. Le samedi 31juillet quelques confrères sont partis au domaine marial il y a eu messe d’ordination des pères salvatoriens et des abbés diocésains, une messe qui a débuté à 9h pour prendre fin à 15h. Cet après midi deux confrères étaient invités à la fête organisée par les amis salvatoriens. Le jour suivant sera le premier du mois spiritain, tous les confrères se sont rendus à la paroisse Saint Jean Baptiste de Salle où ils prieront ensemble. Au retour de la messe la communauté se préparait à recevoir son excellence monseigneur l’Eveque de Kolwezi Nestor Ngoy Katahwa. A 19h les vêpres devront être solennelles en présence du monseigneur. Mais malheureusement l’Evêque s’est excusé et le père recteur a ouvert le mois par l’office des vêpres avec la présence de maman Sophie. Après la prière nous avons partagé le repas ensemble jusqu’à 21H15. Maman Sophie a quitté la maison pour se rendre à l’hôpital voir sa fille qui venait de mettre au monde un petit gars

Le lundi matin nous avons commencé la journée par les laudes et à 9h 30 le père Crispin a ouvert le premier entretien sur la vocation et nous a parlé de la vie du roi David. Dans la vie vocationnelle souligne-t-il trois facteurs suscitent la vocation de tout un chacun. La vocation nous vient parfois par la grâce de Dieu, soit par une circonstance soit par une participation personnelle. Au soir du même jour nous avons été nourris du partage de la relecture vocationnelle du frère Landry Maketa, qui nous souligne les traits de sa vie sur l’humilité, le service et ainsi que l’observance des conseils évangélique. Le Mardi normalement le premier entretien serait tenu par l’abbé Ket Alain du diocèse de Kolwezi mais malheureusement il n’est pas arrivé. A sa place le père Crispin animateur du mois a suppléé à cette absence. En ce jour il nous a parlé des droits et devoirs d’un religieux en nous renvoyant aux codes du droit canoniques ( ) Le soir le frère Urbain Makimba nous a parlé de sa vie vocationnelle dans son partage il a souligné qu’il veut vivre sa vie chrétienne non comme un saint (parfait) mais comme quelqu’un qui veut devenir saint en gardant à cœur l’importance et la valeur de la vie consacrée. Il souligne en plus que « Les personnes consacrées seront missionnaires avant tout par le constant approfondissement de leur conscience davoir été appelées et choisies par Dieu, vers lequel elles doivent donc tourner toute leur vie et à qui elles doivent offrir tout ce quelles sont et tout ce quelles ont, en se libérant des entraves qui pourraient retarder la plénitude de leur réponse damour. Elles pourront devenir ainsi un signe authentique du Christ dans le monde. Leur style de vie doit aussi refléter lidéal qu’elles professent, en se présentant comme des signes vivants de Dieu et des prédicateurs convaincants de l’Evangile, même si c’est souvent dans le silence ».[1] Le mercredi au matin mademoiselle Marie Paul des auxiliaires féminines internationales elle nous a parlé sur sa vie personnelle et sur son arrivée au Congo belge depuis 1957 à nos jours. Le partage était si riche et profitable. Dans son dernier mot, elle nous demandé de tenir compte des homélies et surtout ne pas confondre une homélie et un conte ou fable. Il faut présenter le christ dans les homélies et non chercher à faire de comédie.  Au soir de ce jour nous avons eu le partage du frère Ladislas Mutamba, un partage très important sur sa vie vocationnelle. Il a souligné que dans sa vie, il souhaite toujours laisser le choix des autres, si quelqu’un tient à son choix il préfère le lui laisser. Et dans ses relations il veut surtout avoir des relations crééés par ses propres capacités au lieux d’être derrière les connaissances d’autrui. Le jeudi matin nous avons été entretenu par maman Marie Thérèse bergère du groupe charismatique de la paroisse maria polis de Kolwezi. La maman nous a raconté le début de ce groupe à Kolwezi, elle           a souligné les joies et peines qu’elle a connu jusqu’à nos jours. Elle nous demandé de devenir des prêtres modèles, pour elle le prêtre c’est le christ, nous devons donc vivre à la manière du christ. Au soir le frère Christian Sapu nous partagé sa vie et son expérience dans son parcours vocationnel, il a souligné qu’il aime dans sa vie la liberté. Le jour suivant, le vendredi contrairement à d’autres jours, dans la matinée, le frère Toussaint M’ndendi nous a partagé son expérience en soulignant que les défauts des autres soient pour nous une interpellation et non un miroir. Souvent nus oublions le passé et nous retombons dans les erreurs. Que l’on sorte de l’enfantillage, que nous évitions le pleurnichement, dispute, tout recevoir des autres. Le soir de ce jour même nous avions reçu un couple, qui nous nourrit d’une expérience remarquable d’amour depuis la jeunesse. Et surtout le grand cœur de la femme qui a su supporté tout le mépris de sa belle mère et le pardon qu’elle lui a accordé. 

Le jour suivant ou le samedi, nous nous sommes rendus à Katebi en excursion, un jour si merveilleux, un cadre bien fait nous a permis de reprendre nos forces malgré la fatigue de la semaine. Nous y avons passé toute la journée. Le couple Kabayo responsable du cadre nous a entretenu sur leur expérience. Nous avons été marqué par l’esprit de créativité qui hante ce couple, ils ont de projet qui réussisse grâce à leurs courages et aides mutuelles. Le dimanche nous étions à la paroisse saint Jacques Mutoshi, et l’après midi était libre, chacun s’est occupé en sa manière. Le soir de ce jour nous étions invités dans la famille BOBO, un jeune foyer. Nous étions surpris par l’expérience de ce couple et par leur attachement à l’Eglise. Ils nous ont partagé le haut et le bas qu’ils ont connu et par la grâce de Dieu ils s’en sorte. Le Lundi matin l’invité était empêché, la matinée était méditative et l’après midi nous sommes rendu à la prison de Dilala, visiter les prisonniers. Le mardi nous étions entretenus par l’abbé Gabriel prêtre du diocèse de Kolwezi. Il nous a parlé de son expérience de 35 ans de sacerdoce. il nous a demandé de nous attacher à la vierge Marie elle est notre mère. Le soir de ce jour père Crispin animateur du mois, nous partagé son expérience de Portugal et de l’Italie. Le jour suivant nous étions au centre wengi dans la matinée. C’est un centre des enfants de la rue, qui y sont encadrés. Le soir le préfet d’un lycée de la place ( Umoja) à son tour il nous partagé son expérience professionnelle et parentale, c’était un partagé très riche. Il nous a demandé d’avoir l’esprit du progrès. Il faut éviter les occasions malsaines qui conduisent à d’autres occasions impudiques et d’être sûr de ce qu’on fait et de bien le faire. Le jeudi matin, nous avons accueilli dans nos murs maman Eugénie Ndala, la présidente des mamans catholiques de la place. Dans l’entretien elle nous invite à prendre la croix de chaque jour et de beaucoup prier. De rester fidèle à nos engagement et unis au christ en faisant sa volonté. Il n’ ya pas de meilleure vie dit-elle, le bonheur se crée, il faut accepter la vie telle qu’elle s’impose à nous. Au soir de ce jeudi, la sœur Marie-Armelle de la congrégation de chanoinesse, nous a partagé son expérience au Congo. Dans sa conclusion elle nous dira de savoir nous connaître sur nos manières d’utiliser la boisson (bière). Sous les effets de la bière ou de l’alcool facilement on perd la maîtrise de soi et parle de tout et de rien.il faut sauver sa lucidité , savoir se taire. Elle nous a aussi invité à la lecture d’autres livres non seulement des livres à caractère théologique. Le vendredi matin nous avons eu la chance d’être occupés par la sœur Béatrice Nsungu religieuse des sœurs du cœur immaculé de Marie de Kongolo. Dans son entretien elle nous demande de considérer la vie religieuse comme une affaire que j’aime. L’amour de la vie religieuse nous permet de supporter les difficultés que nous rencontrons. Le vœux doivent s’incorporer en nous, dans notre personne même. Il faut s’identifier à ses vœux. La vie religieuse doit être entretenue chaque jour et à tout instant. Le seigneur demande à chacun selon ses capacités.  Le samedi nous sommes allés en excursion au barrage Nseke à cent kilomètre de la ville de Kolwezi, l’excursion était très bonne. Elle nous a permis de découvrir beaucoup de chose qu’on imaginait pas. Nous avons tiré des cartes photos comme souvenir du lieu

En allant comment en rentrant tous les confrères étaient heureux tout le long de la route. Et à six heure du soir nous avons regagné la communauté. Le dimanche jour de l’assomption de Marie, le diocèse a organisé un pèlerinage au domaine marial pour toutes les paroisses de la place. Nous nous sommes rendus tous au pèlerinage qui a pris fin avec la messe. Et nous revenus de la vers deux heure du soir. Les après midi était libre et chacun pouvait s’occuper en sa manière. Mais tous les confrères ont voulu se reposer suite aux fatigues de week-end. Le lundi matin nous avons accueilli trois jeunes étudiants de l’université de Lubumbashi extension de Kolwezi. Ils nous ont fait savoir les difficultés qu’ils rencontrent pendant la période académique. Leur témoignage était très riche et pitoyable, car la plupart d’entre eux étaient issus de familles pauvres. Raison pour laquelle ils nous ont  parlé des difficultés qu’ils rencontrent par rapport à leur situation de vie. Le mardi matin, contrairement à d’autres jours nous avons eu un entretien avec le vice maire de la ville de. Il nous interpeller que nous n’avons pas droit à l’erreur dans le monde d’aujourd’hui où l’Eglise est la cible des médias. A cause d’une seule personne toute l’Eglise est salie. Il faut vivre sa vie de manière juste et honnête. Que la prière nous soit un plat quotidien. Une heure après l’entretien, nous sommes rendus à la station radio télé Manika, une chaine de télévision de la ville, où nous avons eu l’opportunité de visiter leurs installations. Et au soir du jour même notre visite était sujet du journal du soir. Le mercredi matin avec père Faustin Loukanga qui est venu de Lubumbashi pour partager avec nous son expérience, nous sommes partis à la réserve animalière  de Manika sous l’autorisation du monsieur Boulanger le responsable du lieu. C’est  à peu près 8 km de la ville de Kolwezi. Le soir de ce même jour nous avons eu un partage fraternelle avec père Faustin. Dans ce partage il nous dira : qu’il ne faut jamais rater le début. Dans le début il faut se laisser guider et apprendre pour préparer l’après. Quand le moment de se jeter à l’eau viendra, on se jettera sans difficulté. La pastorale doit être nourrie par la communauté, la prière personnelle et communautaire. Celles-ci constituent l’âme même de la pastorale. Il faut s’asseoir pour écouter les fidèles. Il faut aussi aller vers ses brebis, connaître leurs problèmes. Il faut avoir la maîtrise de soi, surtout devant l’argent, la bière, le repas. Il faut avoir de la tempérance en toute circonstance. Il faut devenir un exemple pour l’Eglise et pour la société, un homme de parole et de vérité, accomplir ses tâches jusqu’au bout. Il faut vivre joyeux et heureux sa consécration religieuse. Surtout il faut vivre en harmonie avec les confrères.   Nous avons eu la retraite du 24 au 31 qui était animée toujours par P. Crispin MBUMBA cette fois-ci à Lubumbashi. Dans la joie nous avions fini notre mois spiritain et nous nous sommes préparés à la profession des vœux perpétuels qui ont eu lieu le 8septembre 2010, en la paroisse sainte Elisabeth de Lubumbashi.  

Après la profession des vœux certains confrères ont vite regagné Kolwezi et dautres sont restés pour prendre un temps de détente et de préparation à lordination diaconale, qui a eu lieu le 03 octobre 2010 à Lubumbashi à la paroisse saint LaurentEt cest le lundi 04 octobre, un jour après ordination,  tous les nouveaux diacres se rendront à Kolwezi pour débuter lannée académique. Le couple KABAYO a disponibilisé leur véhicule pour le retour à Kolwezi. Nous disons grandement merci au couple Kabayo et toutes les personnes qui ont accepté volontiers de nous partager leurs vies. Merci beaucoup au père Crispin Mbumba pour sa disponibilité, merci à toute la congrégation qui a organisé cet temps si favorable pour l’intériorisation  de notre vie spiritaine, merci au père Paul Venance pour son sacrifice à la bonne réussite de ce temps, merci à tous les confrères avec qui nous avons mené à bon train ce moment de prière, merci à vous nos lecteurs. 

 

 

Père MAKIMBA TAMBWE URBAIN PIUS Cssp.   




[1] Vita consecrata n°25.

 

 

Commenter

 
 

MOUSTARCHIDINE |
ESPRIT DE VIE |
le vrai talmud |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les jeunes du diocèse de Sa...
| effexorfr
| Mission Mondiale d'Evangéli...